Tower of Terror, aka CDs (4)
C'est la question qui me taraude depuis quelques jours maintenant[1], je vais donc essayer là maintenant, sous vos yeux ébaillis, de comparer les 2 solutions de façon globale pour avoir un semblant de réponse.

Avant propos, ce que l'on compare

Pour comparer ce qui est comparable, on va d'un coté considérer un album de 60 min en CD , de l'autre le même album au format flac (pour un encodage sans perte tout en optimisant la taille du fichier)[2]. On va prendre un taux de compression de 60% soit un fichier de 210 Mo.

La production de l'objet

L'enregistrement des titres se fait de la même façon quelle que soit le support d'écoute donc de ce coté là, kif kif. Après ça se complique.

Cas 1: Album CD
Pour le CD , il faut produire la galette et la presser, imprimer le livret, le boitier et emballer le tout.

  • Les CD sont composés à 95% de polycarbonate (Un CD pèse 16 grammes environ)
  • Le boitier est en polystyrène (80g), mais de plus en plus de boitiers en cartons apparaissent, beacoup plus écologique[3]

On se retrouve donc avec près de 100g de polymères synthétiques (qui sont donc des produits dérivés du pétrole).

Cas 2a: Fichier téléchargé
Si on laisse le fichier sur son disque dur ou sur son ipod, c'est une partie de l'espace de stockage qui est occupée (une ressource comme une autre même si elle est 100% recyclable). Il est difficile de prendre objectivement ce facteur en compte, parce que cela va dépendre de la capacité du disque dur. On va tabler sur un disque de 500Go ce qui est plus ou moins une norme pour les nouveaux DD, on en occupe donc 0.04% ce qui est peu certes, mais il ne faut pas oublier que le moindre matériel informatique est une véritable bombe écologique potentielle[4]: c'est plein de métaux lourds, il faut séparer les différents composants pour les traiter séparément. En plus il n'existe pas encore de véritable chaine de traitement des déchets informatiques efficaces (au passage quelqu'un sait où partent exactement les recettes de l'eco participation ? ).
Au passage, le problème du disque dur est moins sa durée de vie que le fait que sa capacité se trouve très vite ridicule : vous feriez quoi d'un disque de 4Go qui marche encore parfaitement ?

Cas 2b: Fichier téléchargé puis gravé sur un CD La pire des solutions sans doute. Le processus de gravage est beaucoup plus énergivore que le pressage industriel fait à grande échelle à partir d'une matrice. De plus la durée de vie est de l'ordre de 10-15 ans [5] contre en théorie une centaine d'année pour la version pressée.

L'achat

Ici c'est sur la version physique de l'album qu'il va falloir différencier différents cas.

Cas 1a: Album CD acheté au disquaire du coin, en y allant en voiture
On est dans le pire cas. On estime que l'on pollue autant à produire le CD qu'à aller le chercher.

Cas 1b: Album CD acheté au disquaire du coin, en y allant en vélo ou à pied
L'empreinte écologique est quasi nulle pour aller au CD, mais le CD n'est pas arrivé tout seul dans le magasin. Et là ça va dépendre grandement de la logistique du distributeur et du CD : Si c'est le dernier album de Gilberto Gil il va falloir que le CD traverse l'océan[6], si c'est un groupe de la scène locale,le CD voyagera moins.

Cas 1c: Album CD acheté sur internet[7]
Il faut tenir compte des serveurs qui tournent pour mettre en ligne le site (voir plus loin) et il y a l'envoi par la poste. Là pareil tout dépendra du chemin qu à fait le CD.

Cas 2: Fichiers audio achetés en ligne
On a juste l'empreinte des serveurs qui tournent pour faire fonctionner le site. A titre d'exemple, une recherche Google c'est estimé entre 0.2 et 7[8] grammes de rejet de CO2 et 0.3 Wh[9]. Une recherche sur le mot 'toto' prend 0.43 sec. En prenant une connection à 8Mbit/sec, il faut presque 2 minutes (102sec) pour técharger le fichier de mon album. On fait une règle de trois et le téléchargement a consommé 71Wh et rejeté entre 47 et 1660 grammes de CO2. A titre de comparaison, au delà de 156g/km pour une voiture, vous commencez à payer le malus écologique, la Clio 3 c'est 139.

Cas bonus: CD acheté puis numérisé
On est à la frontière entre l'achat et la production. De toute façon cette option n'est pas vraiment intéressante, on a pollué pour produire et acheter le CD et on rajoute une étape.

L'utilisation

Ici encore les cas sont combreux entre l'écoute sur des enceintes dans le salon, sur un baladeur CD, sur un ipod ou sur son ordinateur.
Mais en gros, à niveau d'écoute comparable, (donc en ne s'intéressant qu'à la source), la platine CD va moins consommer que l'ordinateur (Même écran éteint, voir l'annexe pour le détail de la consommation) et le baladeur CD va être plus ou moins équivalent au lecteur mp3 [10].

Une solution intéressante serait un lecteur de carte flash de salon, pour lire des fichiers audios sans devoir alimenter le moteur et la lentille laser. Ca doit déjà exister, mais avec la guerre des formats propriétaires ce n'est pas pour demain que l'on aura une solution simple et qui marchera avec toutes les plateformes (Du genre je télécharge du Apple Lossless Audio Codec sur iTunes, mais ma platine ne prends que le FLAC, je dois donc faire moi même ma conversion. Que ce passe-t-il le jours ou un nouveau format émmerge en standard et que ma platine n'accèpte plus le FLAC ?).

Autre paramètre à prendre en compte : chez certains, il y a un ordinateur qui tourne pratiquement en permanence, du coup s'en servir pour diffuser de la musique dans le même temps est sans doute plus rentable.

Recyclage

J'ai déjà eu l'occasion d'en parler un peu tout au long de ce billet, je rajouterai juste que pour l'instant en France il n'y a pas de collecte a grande échelle des CD usagés. Quelques sociétés privées s'occupent de les retraiter mais ils font cela à une echelle locale. Ca va être à vous de les dénicher.

Conclusion

Il est difficile de répondre clairement à la question. Il apparait quand même évident que passer d'un format à l'autre est la pire des solutions. Si on veut un fichier numérique, on l'achète en numérique, si on le veut en version physique idem, les passages maison de l'un à l'autre ne sont pas bons.

Ensuite, si on regarde point par point, ça pollue moins de produire un flac qu'un CD et l'acheminement vers le client est plus propre (surtout si le client va en voiture chercher son CD). Mais d'un autre coté un disque dur est moins propre à produire et à recycler qu'une étagère (Mais alors il faut tenir compte de la place). A l'usage quotidien, une platine CD consommera moins qu'un ordinateur.

Si je devais donner une réponse tranchée je dirais que le CD reste quand même plus propre. Mais si on tient compte qu'il est amené à disparaitre sous peu, et qu'il faudra numériser un jour toute sa discothèque pour pouvoir en profiter[11], on peut se dire qu'il est légitime d'anticiper en n'achetant déjà aujourd'hui du numérique..

Annexe A : Consommation des composants d'un ordinateur

Lecteur CD-ROM 10 – 25W
Graveur CD-RW 10 – 25W
Disque dur IDE 7200 tr 5 – 20W
Ventilateur de tour 3W
Mémoire vive 8W par barette de 128MB
Carte mère nue 25 – 40W
Intel Pentium III 38W

Sources :

consommerdurable.com
consoglobe.com
presence-pc
Ministère de l'écologie
En1heure.com
Ekopedia
Illustration : Tower of Terror, aka CDs (4) de William Hook sous Licence Creative Commons

Notes

[1] Ca et est-ce qu'il vaut mieux lire un long document sur papier ou à l'écran

[2] Oui je sais les plateforme de téléchargement légal qui proposent autre chose que du mp3 ne sont pas légion mais bon...

[3] même si ça fait ch... parce que ça s'abime quand on les emmène en voyage

[4] J'ai déjà essayé cet argument pour convaincre d'ouvrir un musée des ordinateurs à la maison avec les antiquités, au lieu de s'en débarasser, ça n'a pas marché...

[5] j'ai perdu des sauvegardes de données come ça...

[6] NB : c'est une supposition de ma part je ne suis pas assez dans le milieu pour savoir comment ça marche, mais si ça se trouve le est envoyé sous forme numérique et est produit localement aux 4 coins du monde... Non je rêve

[7] Coup de pub gratuite : sur CD1D, excellent site pour les labels indépendants et autoproduits, par exemple.

[8] admirez l'incertitude quand même, je crois que ça doit venir en partie du rendement des serveurs dans le sens où il y a des moments où ils doivent beaucoup moins être utilisés et donc relativement au nombre de gens connectés, ça pollue plus

[9] à multiplier par les 200 000 000 requêtes quotidiennes pour se rendre compte de l'impact

[10] Mention spéciale pour l'i-pod et autres balladeurs qui marchent sur une batterie qui, comme un ordinateur portable, dure moins de 3 ans et dont le changement coûte aussi cher qu'un appareil neuf (et donc qui part à la poubelle)

[11] ou faire comme beaucoup de gens on fait avec leurs vinyls, les balancer et racheter le même album en CD